3,2,1 partagez !

Bon ,  le plus clair de mon temps, je le passe à l’école. Du lundi au vendredi, du matin au soir, je suis entre mes 4 murs. J’adore enseigner ici. J’aimais déjà enseigner en France mais là je trouve une certaine liberté et un enthousiasme réjouissant.

En tant qu’école d’immersion, nous respectons les programmes de notre Etat  mais cela ne m’empêche pas d’essayer d’apporter ma touche personnelle et d’essayer de m’adapter aux pratiques locales. Ici, le côté fun est plutôt bien vu même si nous ne faisons pas que cela bien sûr. J’ai eu droit à une formation pour les profs .

La modalité que j’ai développée depuis ces quelques mois est le travail par deux et plus particulièrement ce que j’appellerais le partner share. Il s’agit bien sur de réfléchir et d’accomplir une tâche à deux. Vous me direz , rien de révolutionnaire, mais c’est plus que cela. Mon temps d’instruction doit être reparti de la sorte  50/50.  50 % je parle, 50 % les élèves parlent. Très régulièrement , je leur demande donc de verbaliser leurs pensées, les concepts, les procedures. 3,2,1 partagez…. Et là, je me promène pour écouter ce qui se dit, féliciter chaudement les efforts des uns et des autres pour verbaliser en Français et utiliser telles ou telles structures langagières utilisées.

Une autre modalité utilisée ici est le travail en collectif mais pas comme nous l’entendons en France. Nous résolvons les situations problèmes ensemble et les élèves répondent tous ensemble en chorale. Nous entrecoupons de partner share, de recherches à deux. C’est très étrange pour nous profs Français. Nous lisons aussi tous ensemble pour ne pas que les élèves se sentent en échec.

Enfin, pour finir, j’utilise beaucoup plus les gestes pour mémoriser des concepts. Par exemple, pour le concept de la commutativité de l’addition, j’ai demande aux élèves de me faire un geste. Ils adorent, ils proposent tous quelque chose au même moment. Bruit assuré. Je choisis le plus adapté ou le plus vu et pendant les heures, les jours qui suivent nous répétons: c’est la propriété de la commutativité en faisant le geste choisi.

J’aurais tellement à dire sur le sujet…à suivre….

 

 

 

 

Award

Et oui notre Queen B, 9 ans,  a été élue élève du mois de sa classe pour avoir fait preuve de beaucoup de  perséverance. C’est vrai que depuis qu’elle est arrivée, elle execute au mieux ce qu’on lui demande alors qu’elle ne comprenait strictement rien au départ. Elle s’est rarement découragée, trouvant toujours un intérêt à ce qui lui était proposé , se réjouissant de sa bonne entente avec les élèves de sa classe alors qu’elle ne parlait pas un mot d’anglais.

Et ce jour-là, elle est revenue en nous montrant sa médaille, nous racontant sa conversation avec la principale car elle a été convoquée, par haut parleur,  dans son bureau. Son portrait a été affiché dans le hall de l’école de 700 élèves. Nous étions tellement fiers avec son papa.

Quant à moi, je vais devoir nominer un de mes élèves dans deux semaines et je me réjouis d’avance du bonheur que cela va lui procurer. Au delà de tout cela, je me réjouis de récompenser son travail acharné et sans aucun doute , ceux qui ne sont pas nominés vont faire la maximum pour être nominés la fois suivante.

Ma rentrée

s

Et oui je trouve enfin quelques minutes pour écrire un post sur ma rentrée scolaire.

La mienne, tout d’abord. J’ ai pris mes doudous, mes objets offerts par mes élèves ou mes enfants (mon porte-cartes chouettes, mon marque-page Mme sourire, mon porte-clés drapeau américain, mes bracelets …) et me voilà presque prête à affronter ma première journée.

Grosse émotion en entrant dans l’école. Des années que j’en rêve. J’adore ma classe, elle est super pratique avec un évier, un mur de placards, un i pad, des ordinateurs, des coins pour faire des ateliers jeux…trop bien!

Voici les différences que j’ai relevées dans ces premiers jours:

  1. Je me suis vite rendue compte que la pédagogie ici n’ était pas la même. Ici, de ce que j’ai vu et sans me permettre de généraliser,  c’est plutôt une pédagogie de l’explicite. L’enseignant montre puis les élèves font avec et ensuite les élèves font un peu seuls alors qu’en France, je me voyais plus comme une médiatrice qui mettait à disposition des élèves ce qu’ il fallait pour qu’ils construisent eux-mêmes leur savoir. Un choc pour moi… Après je suis dans un programme d’immersion et cela explique donc peut être la place prépondérante de l’enseignant (qui est le seul à parler couramment français dans la classe)  mais comment déconstruire 13 ans de carrière  le plus rapidement possible pour le bien-être de mes élèves habitués à autre chose… Pas facile…
  2. Les élèves sont capables de rester très longtemps en position bras croisés, ils écoutent la maitresse avant de s exercer eux-memes.
  3. Les récompenses sont de mise. J’ai moi-même dû mettre en place un système de rewards car ici c’est le renforcement positif qui prédomine. On met en évidence, à grands coups de félicitations, les bons comportements pour que tout le monde ait envie d’avoir une bonne attitude. Pour un certain nombre de tampons, faux billets, boules, ils reçoivent des bonbons, des petits jouets… Comme tout le reste, je m’y investis à 100% comme si j’étais en experimentation.
  4. Il y a dans mon école un grand soin apporté au bien-être des enfants. Par exemple, mis en place cette semaine un buddy bench. Je trouve cela super. Si un enfant est seul, sans amis, alors il se met sur ce banc et les autres enfants savent qu’ils ne doivent jamais laisser un enfant seul. Ils iront donc le chercher pour jouerBuddy-Bench-2-620x362
  5. J’ai 15-20 minutes pour manger à midi.
  6. Le vendredi, je porte le tee-shirt de mon école, style baseball tee-shirt,  et un jean car c’est un jour plus décontracté.

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑